Articles du mot-clé : folie

Claude Lecouteux. Mara, Ephialtes, incubus. Extrait de la revue « Études Germaniques », (Paris), 42e année, n°1, janvier-mars 1987, pp. 1-24.

Claude Lecouteux. Mara, Ephialtes, incubus. Extrait de la revue « Études Germaniques », (Paris), 42eannée, n°1, janvier-mars 1987, pp. 1-24.   Claude Lecouteux est un médiéviste, germaniste et professeur des universités français, spécialisé dans les études médiévales allemandes. Ses axes de recherches sont : Les êtres de la mythologie populaire — Les croyances touchant aux morts et à la mort — Les mythes, contes et légendes — La magie. Ses très nombreux travaux nous conduisent à quelques choix arbitraires : — Le double, le cauchemar, la sorcière. Extrait de la revue « Études Germaniques », (Paris), 43eannée, n°4, octobre-décembre 1988, pp. 395-405. [en ligne sur notre site] — Démons et génies du terroir au Moyen Âge (préface de Régis Boyer), Paris, Imago, 1995. — Fées, sorcières et loups-garous au Moyen Âge : histoire du double(préface de Régis En lire plus

Anatole France. Les fous dans la littérature. Extrait de la revue « Le Temps », Paris, 1887

Anatole France. Les fous dans la littérature. Extrait de la revue « Le Temps », Paris, 1887   Anatole France [François Anatole Thibault,] (1844-1924). Écrivain devenu classique, très productif, nous rappellerons qu’un seul roman : La Rôtisserie de la reine Pédauque, 1892. Les images, ont été rajoutées par nos soins. – Nouvelle transcription de l’article original établie sur un exemplaire de collection privée sous © histoiredelafolie.fr Les fous dans la littérature. Un Français, qui fit le voyage de Londres, alla voir un jour le grand Charles Dickens. Il fut reçu et s’excusa sur son admiration de venir ainsi prendre quelques minutes d’une existence si précieuse. — Votre gloire, ajouta-t-il, et la sympathie universelle que vous inspirez vous exposent, sans doute, à d’innombrables importunités. Votre En lire plus

Arnulphe Aumont. Délire. Extrait de « l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… par Diderot et D’Alembert », (Paris), Tome 4, 1751, pp. 785-788.

Arnulphe Aumont. Délire. Extrait de « l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… par Diderot et D’Alembert », (Paris), Tome 4, 1751, pp. 785-788.   Arnulphe d’Aumont (1721-1800). Médecin français et collaborateur de l’Encyclopédie. On se rappelle de cet auteur avec cette publication : — Mémoire sur une nouvelle manière d’administrer le mercure dans les maladies vénériennes et autres. 1762. DÉLIRE, s. m. (Medecine.) est un genre de lésion des fonctions animales. L’étymologie la plus vraissemblable de ce nom vient, selon plusieurs auteurs, du mot lira, qui signifie un fossé en ligne droite que l’on fait dans les champs, qui sert à diriger les sillons ; ainsi d’aberrare de lirâ, s’écarter du principal sillon, a été fait le En lire plus