Articles du mot-clé : gravure

Alexis Vincent Charles
Berbiguier de Terre-Neuve du Thym. Les Farfadets. LES PLANCHES. 1821.

Alexis Vincent Charles 
Berbiguier de Terre-Neuve du Thym. Les Farfadets, ou tous les démons ne sont pas de l’autre monde. Orné de huit superbes dessins lithographiés. Paris, Chez l’Auteur et P. Gueffier, 1821. 3 vol. in-8°, Alexis Vincent Charles
Berbiguier de Terre-Neuve du Thym (1764-1851). Exclusivement auteur de cet copieuse autobiographie, divisée en 3 volumes, comprenant en  tout 274 chapitres, dans laquelle il relate sa lutte incessante contre les démons qu’il nomment farfadets, il sera « soigné » quelque temps par Philippe Pinel à La Salpêtrière. Il a été redécouvert d’abord par Rayond Queneau, puis par André Blavier, qui le considèrent tous deux comme l’archétype du Fou littéraire. Pour notre par nous renvoyons à l’article de Henri Legrand du Saulle  [1830-1886]. Le délire de persécution. Paris, Henri En lire plus

J. Waffelaert. Les démoniaques de la Salpêtrière et les vrais possédés du démon [Partie 2]. 1888.

J. Waffelaert. Les démoniaques de la Salpêtrière et les vrais possédés du démon. Partie 2. Article paru dans la revue « La Science Catholique », (Paris),  tome deuxième, décembre 1887 à novembre 1888, 1888, pp. 352-369. Premier article d’une série de cinq distribués comme suit : — Les démoniaques de la Salpêtrière et les vrais possédés du démon [Partie 1]. « La Science Catholique », (Paris),  tome deuxième, décembre 1887 à novembre 1888, 1888, pp. 273-287. [en ligne sur notre site] — Les démoniaques de la Salpêtrière et les vrais possédés du démon. [Partie 2]. « La Science Catholique », (Paris), tome deuxième, décembre 1887 à novembre 1888, 1888, pp. 352-369. — Réalité historique et possession démoniaque [partie 1]. La Science Catholique », (Paris),  tome deuxième, décembre 1887 à novembre 1888, En lire plus

Anonyme. Le Rêve. A propos de la gravure de N. F. Regnault, La Nuit. Extrait de la revue « Le Progrès médical », (Paris), 1910.

Anonyme. Le Rêve. A propos de la gravure de N. F. Regnault, La Nuit. Extrait de la revue « Le Progrès médical », (Paris), 1910. Nicolas-François Renault (1746-1810). Peintre dessinateur et graveur à l’eau forte, au burin et au pointillé.  Comme peintre, il se place parmi les imitateurs de Beaudoin et de Fragonard. Le Rêve. Ce n’est pas celui de Detaille qu’il s’agit, mais de la gravure de N.-F. Regnault, la dernière d’une série de quatre avec le Matin, le Soir, le Baiser à la dérobée. Le traverse, dit Béraldi, y jour peut-être un trop grand rôle en prenant la place d’un amoureux absent… et désiré. Mais au XVIIIe siècle galant on ne s’effarouchait pas pour si peu.   Le Nuit. Héliogravure vers l’année En lire plus