Articles du mot-clé : superstition

Desfossés. Le Démon, cause et principe des maladies, moyens de les guérir. Quatrième Édition revue, corrigée et augmentée. Paris, Henri Gautier, 1899. 1 vol. in-18, 106 p. Texte intégral.

Desfossés. Le Démon, cause et principe des maladies, moyens de les guérir. Quatrième Édition revue, corrigée et augmentée. Paris, Henri Gautier, 1899. 1 vol. in-18, 106 p. Texte intégral.   La première édition semble être de 1888, et signée abbé X…, format in-18 —La seconde, de 1890, est signée : Par un prêtre du clergé et est éditée chez L. Carré, in-18 . — La troisième identique à la seconde, est éditée chez L. Carré, 1891, in-8°. Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’article. – Nous avons corrigé plusieurs fautes de composition. –  Les images, ont été rajoutées par nos soins. – Nouvelle transcription de l’article original établie sur un exemplaire de collection privée sous © histoiredelafolie.fr [p. En lire plus

S. Berger. Les superstitions populaires dans le Liber scarapsus. Extrait de la revue « Mélusine », II, 1885, colonnes 25-27.

S. Berger. Les superstitions populaires dans le Liber scarapsus. Extrait de la revue « Mélusine », II, 1885, colonnes 25-27.   [colonne 25] LES SUPERSTITIONS POPULAIRES DANS LE Liber scarapsus (1). Le christianisme fut long à s’établir dans les Gaules et le paganisme y eut pendant bien des siècles des adhérents. Ce ne fut que vers la fin du IVe siècle que saint Martin fit prévaloir la foi nouvelle dans les pays du centre de la France, et, deux cents ans plus tard, la lutte contre l’ancienne religion durait encore dans ces régions. Les confins de la Germanie ont conservé plus longtemps encore les superstitions païennes, et les vies des saints montrent, jusqu’au VIIIe siècle, les provinces de l’Est parcourues par les apôtres En lire plus

Auguste Gauthier. Recherches historiques sur l’exercice de la médecine dans les temples, chez les peuples de l’antiquité. Paris, J.-B. Baillière, 1844. 1vol. in-12, X, 264 p. [Texte intégral] 

Auguste Gauthier. Recherches historiques sur l’exercice de la médecine dans les temples, chez les peuples de l’antiquité. Paris, J.-B. Baillière, 1844. 1vol. in-12, X, 264 p. [Texte intégral]    Louis Philibert Auguste Gauthier (1792-1851). Médecin de l’hôpital de l’Antiquaille à Lyon. Syphiligraphe  il employa avec succès dès 1841, l’iodure de potassium dans les formes « turbeculo-ulcéreuses » de la syphilis. Membre du conseil de salubrité. Historien de la médecine antique. Quelques publications : — Dissertation sur les Fièvres intermittentes, 1819 — Médecine pratique de J. Val. de Hildenbrand, 1824 — Histoire de la médecine vétérinaire dans l’antiquité, 1835.— De l’Influence que la médecine a exercée sur la civilisation et les progrès des sciences. Discours de réception prononcé dans la séance publique de l’Académie des En lire plus