Articles du mot-clé : songe

Michel Glatigny. Songe : introduction lexicologique. Extrait du « Bulletin de l’Association d ‘étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance », (Paris), n°23, 1986, pp. 53-57.

Michel Glatigny. Songe : introduction lexicologique. Extrait du « Bulletin de l’Association d ‘étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance », (Paris), n°23, 1986, pp. 53-57. Michel Glatigny (1922-2014). Professeur agrégé de grammaire, professeur d’université en linguistique française. Quelques publications : — (avec Lucien Collignon) Les dictionnaires. Initiation à la lexicographie, Paris 1978 — Les marques d’usage dans les dictionnaires. XVIIe-XVIIIe siècles, in revue « Lexique », 9, 1990 — Les marques d’usage dans les dictionnaires français monolingues du XIXe siècle. Jugements portés sur un échantillon de mots et d’emplois par les principaux lexicographes, Tübingen 1998 — Vocabulaire & société. Etudes lexicologiques sur des textes du 16e siècle, Villeneuve d’Ascq 1988. Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’article. – Par commodité nous avons En lire plus

J. -E.-D. Esquirol. Des hallucinations. (1817). Extrait Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique, et médico-légal (1838)

J. -E.-D. Esquirol. Des hallucinations. (1817). Extrait « Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique, et médico-légal. » Paris, J.-B. Baillière, 1838, pp. 159-201. [Réédition : Paris, Frénésie Editions, 1989. 2 tomes en 1 vol. in-8°, dans la collection « Insania. Les introuvables de la Psychiatrie ».    Texte princeps dans lequel Esquirol donne au terme d’hallucination une première définition moderne, en particulier en faisant la distinction entre hallucination et illusion, qui ouvrira les grands débats, d’abord de 1845, puis de 1855, et une quantité impressionnante d’affinements, de propositions et de contre-propositions, toujours d’actualité. Jean -Étienne-Dominique Esquirol (1772-1840). Médecin aliéniste, considéré comme le père de l’organisation de ce qui deviendra la psychiatrie française en faisant voter la loi du 30 juin 1838, obligeant chaque département à se doter En lire plus

Fassou. Rêves lilliputiens. Extrait du « Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), dixième année, 1913, pp. 242-243.

Fassou. Rêves lilliputiens. Extrait du « Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), dixième année, 1913, pp. 242-243.   [p. 242] FASSOU. Rêves lilliputiens. — Il s’agit d’un malade atteint d’un accès subaigu d’alcoolisme survenu au cours d’une intoxication déjà ancienne, accès qui s’est traduit par des rêves professionnels, par des cauchemars et, principalement, par des rêves lilliputiens. Voici comment le malade lui-même les raconte : « Je me voyais en chemin de fer, assis tout seul dans un compartiment. Je croyais que le train me ramenait chez moi, au retour de la fête de Gentilly. Je regardais par la portière de gauche, dans la campagne, lorsque, tout d’un coup, sur une grande pelouse verte, j’ai vu grouiller une nuée de En lire plus