Articles du mot-clé : Salpêtrière

Albert Londe. L’hystérie dans l’art. Recueil de reproductions photographiques de peintures ou gravures sur l’hystérie, accompagnées de notes manuscrites

Albert Londe. L’hystérie dans l’art. Recueil de reproductions photographiques de peintures ou gravures sur l’hystérie, accompagnées de notes manuscrites, composé par Albert Londe. [sans date, fin XXe] – 43 f. de pl.; 33 cm. Verso feuillets blanc et feuillets intercalaires blanc. – Ex libris et signature autographe sur chacune des planches photographiques. Provenance : Jubilothèque.   Albert Londe (1858-1917). Photographie pionnier de la photographie médicale et précurseur cinéma. À partir de 1883, il utilise la chronophotographie pour décomposer les mouvements à des fins d’analyse dans le cadre médical de l’hôpital de la Salpêtrière à Paris, dont il fut directeur de la photographie, et où il participa à la fondation de la Nouvelle Iconographie de la Salpêtrière avec Jean-Martin Charcot.     En lire plus

Gilles de la Tourette. L’épilogue d’un procès célèbre : affaire Eyraud-Bompard. Paris, Aux bureaux du Progrès médical et E. Lecrosnier et Babé, 1891. 1 vol in-8°, 16 p.

Gilles de la Tourette. L’épilogue d’un procès célèbre : affaire Eyraud-Bompard. Paris, Aux bureaux du Progrès médical et E. Lecrosnier et Babé, 1891. 1 vol in-8°, 16 p.   Georges Albert Édouard Brutus Gilles de la Tourette (1857-1904). Médecin aliéniste, élève de Charcot, dont il fut l’un des éditeurs de ses Leçons, bien connu pour le syndrome neurologique portant son nom, caractérisé par des tics, moteur et verbaux, souvent associés à la coprolalie. Il défendra les idées de Charcot qui – tout en conservant l’idée d’une localisation cérébrale et à son corps défendant – promut l’idée d’une origine psychogénétique de l’affection en faisant apparaître et disparaître les symptômes par L’hypnose. Quelques publications : — L’hypnotisme et les états analogues au point En lire plus

Joseph de Bonniot (Le Père). Iconographie des possessions. PARTIE 2. Article paru dans la revue « Etudes religieuses, historiques et littéraires », (Paris), XXVe année, tome XLIII, janvier-avril 1888, pp. 23-41.

Joseph de Bonniot (Le Père). Iconographie des possessions. PARTIE 2. Article paru dans la revue « Etudes religieuses, historiques et littéraires », (Paris), XXVe année, tome XLIII, janvier-avril 1888, pp. 23-41. Très rare article que nous avons trouvé par hasard car jamais vu cité, qui propose une critique des méthodes de Jean-Martin Charcot pour « prouver » l’existence de l’hystérie, dans la droite ligne de celle que sera la remarquable étude de Georges Didi-Huberman et son Invention de l’hystérie. Même si l’argumentation est absolument différente, religieuse bien sûr pour celle de Bonniot qui s’appuie essentiellement sur le livre de Charcot et Richer, Les Démoniaques dans l’Art, la théâtralité clinique pour Didi-Huberman, qui raconte et interroge les pratiques qui se firent jour à La Salpêtrière. Remarquables l’un En lire plus