Articles du mot-clé : psychiatrie

Louis Barat. La psychiatrie de Kraepelin. Son objet et sa méthode. Extrait de la « Revue Philosophique de la France et de l’Etranger », (Paris), 1913, LXXV, janvier-férvrier 1913, pp. 486-514.

Louis Barat. La psychiatrie de Kraepelin. Son objet et sa méthode. Extrait de la « Revue Philosophique de la France et de l’Etranger », (Paris), 1913, LXXV, janvier-férvrier 1913, pp. 486-514.   Louis Barat (1880-1949).  Agrégé de philosophie, fidèle collaborateur du Journal de psychologie normale et pathologique, fondé par Pierre Janet. Membre de la Société française de psychologie, fondé, également par Pierre Janet en 1901. Quelques publications : — (avec Séglas Jules). Le rôle de l’émotion dans l’étiologie des maladies mentales. Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), 1913. — (avec Réglas Jules). Notes sur l’évolution des hallucinations . Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), 1913. — La notion de maladie mentale et les méthodes psycho-analytiques (Bleuler). Extrait du « Journal de psychologie normale En lire plus

Alphonse ESQUIROS. Maladies de l’esprit. Des hallucinations et des hallucinés. Extrait de la « Revue des deux mondes », (Paris), quatorzième année, nouvelle série, tome douzième, 1845, pp. 292-325.

Alphonse Esquiros. Maladies de l’esprit. Des hallucinations et des hallucinés. Extrait de la « Revue des deux mondes », (Paris), quatorzième année, nouvelle série, tome douzième, 1845, pp. 292-325. « De même qu’il existe des idées qui se font sensations, il existe des sensations qui se font idées. Dans le premier cas, il y a hallucination, et dans le second cas illusion. » Alphonse François Henry Esquiros (1812-1876). Auteur dramatique et homme politique, d’opinion démocrate et socialiste.  Élevé dans la foi catholique, il s’écarte de la religion catholique sous l’influence de son ami Lamennais et devient un libre-penseur et un anticlérical militant. Sa vie d’auteur débuta avec un recueil de poésie, et deux romans qui eurent un grand succès. Puis suivirent un grand nombre de En lire plus

Laignel-Lavastine. Les malades de la clinique Sainte-Anne devant l’éclipse solaire du 17 avril 1912. Extrait de la revue « L’Encéphale », septième année, premier semestre, 1912, pp. 482-484.

Laignel-Lavastine. Les malades de la clinique Sainte-Anne devant l’éclipse solaire du 17 avril 1912. Extrait de la revue « L’Encéphale », septième année, premier semestre, 1912, pp. 482-484.   Maxime-Paul-Marie Laignel-Lavastine [1875-1953]. Élève de Joseph Babinski. il s’intéresse à la neurologie, la criminologie et la psychiatrie. Internat de Paris en 1898, Médecin des Hôpitaux en 1907, agrégé en 1910. Enseignant l’histoire de la médecine, c’est très tôt qu’il s’intéressera à la psychiatrie, mais c’est seulement en 1939, en prenant la succession de Henri Claude à Sainte Anne et en occupant la chaire de Clinique des maladies mentales qui se consacra à cette discipline. Organiciste convaincu, il prendra étonnement part à la défense de la psychanalyse comme nous le constatons ici. Parmi ses très En lire plus