Articles du mot-clé : psychiatrie

Frederic Bérard. Doctrine des rapports du physique et du moral, pour servir de fondement à la métaphysique, 1823, Chapitre X, pp. 594-605.

Frederic Joseph Bérard. Doctrine des rapports du physique et du moral, pour servir de fondement à la métaphysique, 1823, Chapitre X, pp. 594-605.   Frederic Joseph Bérard (1789-1828). Médecin et philosophe. Après avoir tenu la chair de Médecine à la faculté de Paris, il occupa la chair d’Hygiène à Montpellier. qui s’opposa aux théories développées par Cabanis, qui sontde développer ses thèses matérialistes sur le lien entre vie psychique et vie physiologique : montrer que les mouvements de l’esprit dépendent de la conformation du corps. Ainsi, un homme bilieux ne pourra-t-il pas avoir une réflexion parfaitement saine et inversement, la nature de la pensée influera sur la nature de la santé. D’ailleurs l’ouvrage dont est extrait le chapitre ici en ligne En lire plus

Henri Claude, Jean Cantacuzène. Note sur un essai de prophylaxie des délires spirites. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), XVe série, 94e année, tome deuxième, 1936, pp. 111-116.

Henri Claude, Jean Cantacuzène. Note sur un essai de prophylaxie des délires spirites. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), XVe série, 94e année, tome deuxième, 1936, pp. 111-116.   Charles Jules Henri Claude (1869-1945). Médecin neurologue et psychiatre. Après avoir été initié à la médecine par Charles Bouchard il de vint l’assistant de Fulgence Raymond à la Salpêtrière et occupa la chaire de clinique des maladies mentales de 1922 à 1939 à l’hôpital Sainte-Anne à Paris. Il œuvra au développement des théories psychanalytique en France, malgré de sérieuses réserves, et créa la premier Laboratoire de psychothérapie et psychanalyse à la Faculté de Médecine de Paris. Il laissera son nom à plusieurs syndromes en neurologie. Quelques publication parmi plusieurs dizaines : — Les états anxieux. Paris, En lire plus

Jacques Callot. Les sept péchés capitaux. Sept eaux-fortes, 1617-1621). 

Jacques Callot. Les sept péchés capitaux. Sept eaux-fortes, 1617-1621).  Toujours dans le cadre de notre travail sur l’histoire de la folie, qui s’attache aux textes, mais aussi à l’iconographie, nous avons choisi de reproduire des 7 gravures de Jacques Callot. Jacques Callot (1592-1635). Dessinateur et graveur lorrain, considéré comme le maître de l’eau-forte.O n doit à Callot plusieurs innovations qui permirent le plein développement de cet art, en particulier l’utilisation du « vernis dur. Les planches furent probablement à Florence, sans certitude. On ne sait pas non plus pour quel commanditaire elle a été faite ni dans quelles circonstances. Les dates 1617-1621 (1619-1621 pour Avaricia) indiquent la durée de la réalisation et la ville d’édition qui est Florence. [Cf. Elisabeth Poulain]. Nous avons retenus quelques En lire plus