Articles du mot-clé : possession

Le Destin exécrable de Guillemette Babin, par le réalisateur Guillaume Radot. 1948. Film N. & B. France. Drame.

Le Destin exécrable de Guillemette Babin, par le réalisateur Guillaume Radot. 1948. Film N. & B. France. Drame. 97 mn. Reconstitution romancée du procès de la sorcière Guillemette Babin, condamnée et brûlée au XVIe siècle. Guillemette Babin est la fille d’une sorcière, sa mère fut brûlée vive. Jeune fille, elle est exorcisée et devient servante. Poursuivie par les assiduités de son maître, elle lui préfère son fils qui, lui, la dédaigne. Par vengeance, elle le pousse alors au suicide. Sa maîtresse meurt également et Guillemette épouse le veuf. Dénoncée comme sorcière, elle périra à son tour dans les flammes, en dépit de l’appui d’un jeune chroniqueur qui tente de lutter contre les superstitions. Adapté du livre de Maurice Garçon : En lire plus

Jean-François de Saint-Lambert & Louis de Jaucourt. Mélancolie. Extrait de « l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… par Diderot et D’Alembert », (Paris), Tome dixième, 1767, pp. 247-249.

Jean-François de Saint-Lambert & Louis de Jaucourt. Mélancolie. Extrait de « l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… par Diderot et D’Alembert », (Paris), Tome dixième, 1767, pp. 247-249. Jean-François de Saint-Lambert (1716-1803). Militaire, philosophe, conteur et poète français Louis de Jaucourt (1704-1779). Rédacteur de l’Encyclopédie et docteur en médecine français. [p. 247] MÉLANCOLIE, s. f. (Économie animale.) c’est la plus grossière, la moins active, & la plus susceptible d’acidité de toutes nos humeurs. Voyez Humeur. La mélancolie étoit, selon les anciens, froide & sèche ; elle formoit le tempérament froid & sec. Voyez Tempérament. Mélancolie, s. f. c’est le sentiment habituel de notre imperfection. Elle est opposée à la gaieté qui naît du contentement de nous-mêmes : elle est En lire plus

Alfred Maury. Des Hallucinations du mysticisme chrétien. Extrait de la « Revue des Deux Mondes », 2e série de la nouvelle période, tome 8, 1854 (pp. 454-482).

Alfred Maury. Des Hallucinations du mysticisme chrétien. Extrait de la « Revue des Deux Mondes », 2e série de la nouvelle période, tome 8, 1854 (pp. 454-482). Louis-Ferdinand-Alfred MAURY  (1817-1892). Très tôt, dès 1836, il se consacre à l’étude de l’archéologie des langues anciennes et modernes, de la médecine et du droit. Son poste officiel à la Bibliothèque nationale, puis à la celle de l’Institut, lui permet d’être au centre du dispositif de ses recherches. Dès l’origine membre de la Société des Annales médico-psychologiques, bien de non médecin, il sera un contributeur zèlé de celles-ci. Ses travaux sur le sommeil et les rêves, en particulier l’analyse de ses propres rêves, en font un précurseur, sur bien des points, des théories que développa la psychanalyse, ainsi que En lire plus