Articles du mot-clé : névrose

Pize. Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. Extrai de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », n°147, mardi 16 décembre 1856, 29e année,

Pize. Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. Extrai de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », n°147, mardi 16 décembre 1856, 29e année,   Une contribution à la controversée question des aboyeurs avec celles des médecins Bosredon, Champouillon, Ancelon [tous en ligne sur notre site] Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. ― M ; L. Pize communique sous ce titre une note qu’il résume dans ls propositions suivantes : 1° L’affection décrite sous le nom de délire des aboyeursn’existe pas. 2° Ce prétendu délire des aboyeurs n’est qu’un symptôme appartenant à diverses maladies. 3° les cas qui ont En lire plus

Joseph Capgras. Contribution à l’étude de la névrose d’angoisse. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome dix-huitième, soixante et unième année, 1903, pp. 397-404.

Joseph Capgras. Contribution à l’étude de la névrose d’angoisse. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome dix-huitième, soixante et unième année, 1903, pp. 397-404.   Article princeps de ce qu’on deviendra sous l’impulsion de Joseph Lévy-Valensi, le syndrome de Capgras, aussi dénommé parmanésie duplicative Des explication neuro-physiologiques sont données aujourd’hui. Nous renvoyons pour les lecteurs intéressés aux différent DSM… Joseph Capgras (1873-1950). Il fut l’élève de Paul Sérieux (1864-1947), qui lui inspira sa thèse de doctorat « Essai de réduction de la mélancolie en une psychose d’involution présénile » (1900). Il arriva à la conclusion que cette affection mentale était un syndrome, qui, à l’âge avancé, n’était que le reflet mental des processus d’involution sénile liés à des modifications organiques. Il devint En lire plus

Jean Lhermitte. La Psychanalyse. Extrait de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », (Paris), 94e année, n°93, 26 novembre 1921, pp. 1485-1489.

Jean Lhermitte. La Psychanalyse. Extrait de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », (Paris), 94e année, n°93, 26 novembre 1921, pp. 1485-1489. Une présentation de la psychanalyse, avec toute la finesse et l’intelligence de ce célèbre  psychiatre. Jean Lhermitte (1877-1959). Neurologue et psychiatre français. Elève de Fulgence Raymond et de Pierre Marie. Successivement chef de clinique de ce dernier à la Salpêtrière, médecin en chef de Henri Claude, il devient professeur de psychiatre en 1923. Il s’intéresse de très près aux phénomènes mystique ainsi qu’à la possession démoniaque et nous laissera de nombreux articles sur ces sujets ainsi que quelques ouvrages dont : — (Henri Hécaen et Roger Coulonjou) Héautoscopie et onirisme. Le problème du double dans le rêve et le songe. En lire plus