Articles du mot-clé : Lorraine

A. Fournier. Une épidémie de sorcellerie en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles. Extrait des « Annales de l’Est », (Nancy), cinquième année, 1891, pp. 228-259.

Albert Fournier. Une épidémie de sorcellerie en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles. Extrait des « Annales de l’Est », (Nancy), cinquième année, 1891, pp. 228-259. Albert Fournier. Médecin. Membre de la Société philomatique vosgienne. Aure publication : — Note sur la sorcellerie dans les Vosges. Extrait du « Bulletin de la société philomatique vosgienne, 1884-1885 », (Nancy), 10me année, 185, pp. 93-99. [en ligne sur notre site] [p. 228] UNE ÉPIDÉMIE DE SORCELLERIE EN LORRAINE AUX XVIe ET XVIIe SIÈCLES La magie, dit Littré, est l’art prétendu de produire des effets contre l’ordre de la nature. Elle comprend toute une série d’opérations comme la sorcellerie, oneiromancie (songes), nécromancie (morts), gyromancie (sorts), cleidomancie (clefs)… etc. Elle comprend aussi les présages, les fées, les génies En lire plus

Dr Albert Fournier. Note sur la sorcellerie dans les Vosges. Extrait du « Bulletin de la société philomatique vosgienne, 1884-1885 », (Nancy), 10me année, 185, pp. 93-99.

A. Fournier. Note sur la sorcellerie dans les Vosges. Extrait du « Bulletin de la société philomatique vosgienne, 1884-1885 », (Nancy), 10me année, 185, pp. 93-99.   Albert Fournier. Médecin. Membre de la Société philomatique vosgienne. Autre publication : — Une épidémie de sorcellerie en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles. Extrait des « Annales de l’Est », (Nancy), cinquième année, 1891, pp. 228-259. [en ligne sur notre site] [p. 93] NOTE SUR LA SORCELLERIE DANS LES VOSGES (*) Il y a quelques années, me trouvant chez un pharmacien de Rambervillers, je vis entrer une vieille femme d’un petit village voisin, qui demanda pour « deux sous de momie d’Egypte. » Pendant qu’on délivrait cette singulière poudre, j’interrogeai la bonne vieille et j’appris que sa vache était malade depuis le jour En lire plus

Ernest Langlois. Un évêque de Verdun, prince de Lorraine, ensorcelé, marié et condamné par le tribunal de l’Inquisition. Extrait des « Annales de l’Est », (Nancy), neuvième année, 1895, pp. 277-299.

Ernest Langlois. Un évêque de Verdun, prince de Lorraine, ensorcelé, marié et condamné par le tribunal de l’Inquisition. Extrait des « Annales de l’Est », (Nancy), neuvième année, 1895, pp. 277-299. Un procès exemplaire de la duplicité de l’Eglise et de ses représentants, mais aussi du bras séculier, pour protéger l’un des leurs. Ernest Langlois (1857-1924). Historien et médiéviste. Après ses études à L’Ecole nationale des chartes, il obtint le diplôme d’archiviste paléographe (1883) et fut nommé la même année à l’Ecole française de Rome. Il y resta jusqu’à son élection à l’université de Lille où il finit sa carrière comme doyen. Quelques publications : — Le Couronnement Looys (1888) — Origines et sources du Roman de la Rose (1890) — Le jeu de Robin En lire plus