Articles du mot-clé : illusion

Benjamin Ball. La théorie des hallucinations. Article paru dans la « Revue scientifique – Revue des cours scientifiques », (Paris), 1880, 2e série, 9e année, n°44, pp. 1029-1035.

Benjamin Ball. La théorie des hallucinations. Article paru dans la « Revue scientifique – Revue des cours scientifiques », (Paris), 1880, 2e série, 9e année, n°44, pp. 1029-1035.   Benjamin Ball nait le 20 avril 1833 à Naples et meurt le 23 février 1893 à Paris. Elève de Charles Lasègue, il sera la premier à occuper la chaire des maladies mentales créée en 1975. Ses leçons sont publiés dans ses Leçons sur les maladies mentales, dans une première édition de 1883, puis dans une seconde, augmentée de 1890. Ses principaux travaux ont portés sur le délire chronique, le rapport des aliénés et de la médecine légale. Mais aussi : — La Médecine Mentale à travers les siècles. Extrait de l’ouvrage « Leçons sur les En lire plus

Michéa. Des hallucinations dans la magie. Extrait de la « Revue Contemporaine », (Paris), huitième année,2e série, tome septième, XLIIe de la collection, 1859, pp. 501-537.

Michéa. Des hallucinations dans la magie. Extrait de la « Revue Contemporaine », (Paris), huitième année, 2e série, tome septième, XLIIe de la collection, 1859, pp. 501-537. Ce long article a pris comme prétexte la parution du livre de M. Philips (pseudonyme de Durand de Gros) pour brosser une impressionnante fresque de l’histoire de la magie, et des rapports de celle-ci avec les théories de l’hallucination. Claude-François Michéa (1815-1882). Médecin aliéniste, d’abord interne, puis directeur durant de longues années de à la maison de santé Marcel-Sainte-Colombe, drue Picpus, à Paris. Un des fondateur de la Société médico-psychologique et un des plus actifs collaborateurs des Annales média-psychologiques. Il fut un des premiers aliénistes à traiter de la question de la folie et de la responsabilité En lire plus

Alfred Maury. EXTASE. Extrait de la “Nouvelle Encyclopédie, ou dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et inductriel, offrant le tableau des connaissances humaines au dix-neuvièmesiècle par ne société de savans et de littérateurs, sous le direction de P. Leroux et J. Reynad”, (Paris), tome V, EPI-FORC, 1843, pp. 183 – 192.

Alfred Maury. EXTASE. Extrait de la “Nouvelle Encyclopédie, ou  dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et inductriel, offrant le tableau des connaissances humaines au dix-neuvièmesiècle par ne société de savans et de littérateurs, sous le direction de P. Leroux et J. Reynad”, (Paris), tome V, EPI-FORC, 1843, pp. 183, colonne 1 – pp. 192, colonne 2.   Louis-Ferdinand-Alfred MAURY  (1817-1892). Très tôt, dès 1836, il se consacre à l’étude de l’archéologie des langues anciennes et modernes, de la médecine et du droit. Son poste officiel à la Bibliothèque nationale, puis à la celle de l’Institut, lui permet d’être au centre du dispositif de ses recherches. Dès l’origine membre de la Société des Annales médico-psychologiques, bien de non médecin, il sera un contributeur zèlé En lire plus