Articles du mot-clé : déjà vécu

P. Balvet. De l’importance du sentiment de dépersonnalisation dans la pathogénie des délires. Extrait de la revue « L’Évolution psychiatrique », (Paris), fascicule IV, 1936, pp. 3-26.

P. Balvet. De l’importance du sentiment de dépersonnalisation dans la pathogénie des délires. Extrait de la revue « L’Évolution psychiatrique », (Paris), fascicule IV, 1936, pp. 3-26.   Paul Balvet (1907-2001). Psychiatre. Il dirige l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban à partie de 1936, où il initie d’importantes réformes pour humaniser l’asile qui l’époque héberge quelque 500 malades. Il accueille François Tosquelles avec lequel, quelques année plus tard, en 1942, au Congès de Montpellier, ils dénoncent l’immobilisme et la décadence du système asilaire Français, ainsi que l’état des malades mentaux soumis à un véritable génocide. Nous renvoyons à l’histoire de ce lieu mythique largement étudié dès lors. On admet aujourd’hui qu’il fut à l’origine de l’histoire de la psychothérapie institutionnelle. Quelques publication : — (avec A. Chaurand). Asile et En lire plus

Pierre Janet. À propos du « déjà-vu ». Extrait du « Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), deuxième année, 1905, pp. 289-307.

Pierre Janet. À propos du « déjà-vu ». Extrait du « Journal de psychologie normale et pathologique », (Paris), deuxième année, 1905, pp. 289-307.   Pierre Marie Félix Janet nait à Paris le 30 mai 1859 et y meurt 27 février 1947. Philosophe, psychologue et médecin il occupe une place prépondérante dans l’histoire de ces disciplines. Il s’est fait remarquer également par une vive polémique avec Freyd contre la psychanalyse et l’origine de celle-ci. Il est à l’origine du concept de subconscient qu’il explicite en 1889 dans son ouvrage L’automatisme psychologique. Remarquable clinicien, il nous a laissé un corpus conséquent dont nous ne citerons que quelques travaux — Les obsessions et la psychasthénie. 1903. 2 vol. — De l’angoisse à l’extase. — Etat mental des hystériques. En lire plus

Arnaud. Un cas d’illusion de « déja vu » ou de « fausse mémoire ». Article part dans la revue les « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome troisième, cinquante-quatrième année, 1896, pp. 455-471.

Arnaud. Un cas d’illusion de « déja vu » ou de « fausse mémoire ». Article part dans la revue les « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome troisième, cinquante-quatrième année, 1896, pp. 455-471. François-Léon Arnaud (1858-1927). Après avoir fait ses études de médecine à Toulouse, il est nommé nommé interne des asiles de la Seine en 1885. Il prend un poste chez Charles Vallon  à Villejuif, et termine son internat dans le service de Benjamin Ball  à Sainte-Anne. Publications : Recherches cliniques sur la paralysie générale chez l’homme. 1888. Les psychoses constitutionnelles, qui constitue le livre IV du Traité de pathologie mentale de Gilbert Ballet (1903). Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’article. – Les images sont celles ont été ajoutées En lire plus