Un cas d’obsession amoureuse d’origine onirique chez un perverti sexuel constitutionnel. Par Joseph Rogues de Fursac. 1921.

ROGUESDEFURSAC0001ROGUES DE FURSAC. Un cas d’obsession amoureuse d’origine onirique chez un perverti sexuel constitutionnel. Article parut dans le « bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, fusionné avec l’Association scientifique de France. Compte-rendu de la 44eesession, Strasbourg, 1920″. Paris, Au secrétariat de la rédaction et chez MM. Masson et Cie, 1921, pp. 385-387.

Marie-Henri-Joseph-Pierre-Etienne ROGUES DE FURSAC (1872-1941). On sait très peu de chose de ce psychiatre dont la carrière se déroula essentiellement à l’hôpital de Villejuif. Appelé en 1932 avec ses confrères Georges Génil-Perrin (1882-1964) et Marc Trénel (1866-1932) à examiner Georges Gorguloff, l’assassin du président Paul Doumer, il démissionnera de ses fonction d’expert près des tribunaux pour protester contre l’exécution du condamné qu’il considérait comme irresponsable. On notera l’intérêt particulier qu’il portera constamment à la psychanalyse.

Quelques ouvrage publiés outre les nombreuses publication dans les revue spécialisées :
— Manuel de psychiatrie. Paris, Félix Alcan, 1903. 1 vol. in-12, VI, 314 p. — Deuxième édition revue et augmentée. Paris, Félix Alcan, 1905. 1 vol. in-8°, 3 ffnch., VI p., 351 p. — Troisième édition, Paris, Félix Alcan, 1905. — Quatrième édition. Paris, Félix Alcan, 1911. 1 vol. in-8°, 3 ffnch., IV p., 371 p. — Cinquième édition revue et augmentée. Paris, Félix Alcan, 1917. 1 vol. in-8°, 3 ffnch., VI p., 509 p. — Sixième édition revue et augmentée, avec 4 planches hors texte. Paris, Félix Alcan, 1923. 1 vol. in-8°, XVI p., 906 p.
— Les écrits et les dessins dans les maladies nerveuses et mentales. (Essai clinique). 232 figures dans le texte. Paris, Masson et Cie, 1905. 1 vol. in-8°.
— L’avarice. Essai de psychologie morbide. Paris, Félix Alcan, 1911. 1 vol. in-16. Dans la « Bibliothèque de Philosophie Contemporaine ».
— Le mouvement mystique contemporain. Le réveil religieux du Pays de Gelles (1904-1905). Paris, Félix Alcan, 1907. 1 vol. in-12.`
Les hallucinations lilliputiennes. Article paru dans la revue « L’Encéphale », (Paris), quinzième année, 1920, pp. 189-192. [en ligne sur notre site]
— 
Un cas de lipomatose symétrique avec délire de possession. Article paru dans la revue « L’Encéphale », (Paris), seizième année, 1921, p. 330. [en ligne sur notre site]

Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’article. – Nous avons gardé l’orthographe, la syntaxe et la grammaire de l’original.
– Par commodité nous avons renvoyé la note de bas de page en fin d’article. . – L’image a été rajoutée par nos soins. – Nouvelle transcription de l’article original établie sur un exemplaire de collection privée sous © histoiredelafolie.fr

[p. 385]

LE Dr ROGUES DE FURSAC,
Médecin-Chef à l’Asile’ de Ville-Évrard.

UN CAS D’OBSESSION AMOUREUSE D’ORIGINE ONIRIQUE
CIIEZ UN PERVERTI SEXUEL CONSTITUTIONNEL

27 Juillet.

Appelé à donner mon avis sur un malade présentant des troubles d’ordre démentiel, je priai son fils, un homme de 34 ans exerçant la profession de libraire, de me fournir des renseignements sur la famille.

Il nia d’abord toute maladie mentale ou nerveuse, mais ajouta qu’il avait éprouvé lui-même, quelques mois auparavant, un phénomène bizarre et qui l’inquiétait encore passablement. Il se décida, non sans quelque embarras, à m’exposer le fait. Je reproduis ici ce qu’il y a d’essentiel dans son récit.

« J’ai, me déclara-t-il, un frère que je n’ai pas vu depuis plus de deux ans, en raison d’une brouille survenue à l’occasion de discussions d’intérêt. Sa femme, que je n’ai pas vue depuis le même temps, est intelligente, cultivée, mais, à mon avis, sans aucun attrait, physique. Je dois même dire que certaines particularités de son visage, notamment des yeux un peu obliques, comme chez les chinois, me déplaisent carrément. De plus, elle use avec libéralité du blanc, du rouge et du noir et j’ai horreur des femmes qui se fardent. C’est vous dire que je ne nourrissais pour elle aucun sentiment coupable. Or, une nuit de janvier de cette année — exactement la nuit du 4 au 5 — il m’arriva de rêver à elle. Je n’ai de ce rêve qu’un souvenir incomplet. J’étais seul avec elle, où ? je n’en sais rien ; nous étions complètement vêtus l’un et l’autre, sans que je puisse dire comment elle était habillée ; nous marchions et nous causions, mais je n’ai aucune idée de ce que nous nous sommes dit ; ce dont je suis à peu près certain, c’est qu’il ne s’est rien passé entre nous d’amoureux, je ne crois pas l’avoir embrassée, ce qui était cependant dans mes habitudes quand je ne l’avais pas vue depuis longtemps. Je ne sais combien dura ce rêve, il me semble qu’il fut court. Il se termina par le réveil, vers 6 h. 1/2 du matin, l’heure habituelle
 de mon lever. Aussitôt l’éveillé, je m’aperçus, avec stupeur, que j’étais amoureux de ma belle-sœur. Je me rendis compte que c’était la suite de mon rêve et cela commença par m’amuser, car j’étais convaincu que celte passion saugrenue allait disparaitre. Mais il n’en fut rien. Vingt fois dans la journée, ce sentiment amoureux me revint à l’esprit, me troublant et me gênant dans mon travail, sentiment amoureux d’une violence que je n’avais pas connue jusque-là, s’accompagnant d’une représentation visuelle de la personne, mais d’une représentation vague, floue et où ne se voyaient notamment ni les yeux chinois, ni les [p. 386] fards qui me déplaisent chez elle, comme je l’ai dit, souverainement. Cela m’agaça, puis me devint tout à fait pénible. Je fis tout ce qui me fut possible pour me débarrasser de ce que le considérai dès lors comme une obsession. Non seulement je ne donnai pas suite à l’ardent désir que j’avais de revoir ma belle-sœur, ce qui eût été facile, sous couleur d’une réconciliation familiale, mais je m’accablai de reproches et même d’ironie. Je me dis que ce sentiment d’amour pour la femme de mon frère était une chose coupable répugnante, presque un inceste. Je me rappelai le peu de goût que j’avais pour le physique de ma belle-sœur. J’évoquai les yeux chinois et les fards, et quand je réussissais à voir mentalement l’image vraie et suffisamment nette et précise, je la trouvai parfaitement déplaisante. Mais l’image craie disparaissait presque aussitôt, pour faire place à la forme vague et trompeuse et je me retrouvais plus amoureux que jamais. Pendant deux semaines environ tous mes efforts furent vains et la situation resta la même. Puis, peu ) peu, l’obsession se fit plus rare, moins violente, l’effet sensible (affectif) fut de plus en plus atténué et je finis par en être délivré, sans avoir d’ailleurs suivi aucun traitement médical ni même avoir consulté aucun médecin. Je crois ajoutait en terminant le sujet, que ce qui m’a le plus aidé à me débarrasser de ce sentiment amoureux stupide, c’est la certitude que j’avais qu’il venait d’un rêve.

Ce récit est du 28 mai. C’est tout ce que j’appris ce jour là. Mais tout récemment, le 6 juillet, je revis le sujet. Nous causâmes longuement. Il fut plus confiant que la première fois et me dévoila ses tares psychopathiques — une partie tout au moins, car avec de tels individus on n’est jamais sûr qu’ils ont tout dit. L’obsession amoureuse n’avait pas reparu, mais il m’avoua qu’il était depuis l’enfance atteint de « bizarreries » sexuelles. Il s’agissait de sadisme (plaisir à voir couler le sang, au point qu’il va, chaque fois que cela lui est possible, se promener dans les abattoirs) et de fétichisme, relié d’ailleurs évidemment au sadisme (satisfaction à voir et à toucher des objets tranchants et piquants), l’un et l’autre s’accompagnant d’excitation générique et parfois de masturbation. — Nous sommes donc ici en présence d’un grand anormal et l’obsession amoureuse, dont on vient de lire la description, n’est qu’un épisode au cours d’une existence psychopathique.

Ce simple petit fait — l’obsession amoureuse — me paraît cependant mériter d’être rapporté, comme contribution à l’étude de l’influence du rêve sur la vie consciente, plus exactement sur la vie affective. Il est frappant, en effet, que l’état de conscience pathologique né du rêve ait été exclusivement d’ordre affectif. C’est le sentiment que le sujet avait pour sa belle-sœur qui a été transformé, non le jugement qu’il portait sur elle. Si paradoxal que cela paraisse, il en est devenu amoureux, tout en continuant à juger, quand il arrivait à la voir mentalement avec une netteté suffisante, comme peu agréable et même franchement déplaisante par certains côtés.

Cette dissociation de l’élément affectif et de l’élément intellectuel d’un même complexe est un phénomène très remarquable et qui rappelle un peu l’action de certains poisons (opium, hachich) qui ont pour effet de [p. 387] modifier la coloration affective des perceptions et des souvenirs. Elle a également son analogie dans certains états suggérés, en particulier dans certains états hypnotiques et, tout comme dans les états de suggestion artificielle, elle laisse subsister les notions intellectuelles et morales essentielles, qui empêchent l’individu de se livrer à l’acte condamnable que semblerait devoir entraîner la suggestion.

Tout est, fort clair dans cette histoire, mais seulement grâce au fait que le rêve a laissé un souvenir. Supposons qu’il en ait été autrement, que le rêve n’ait laissé aucune trace consciente. On aurait été en présence d’une obsession d’origine impossible à déterminer, d’un effet sans cause connue. Et cette ignorance ou se serait trouvé le malade — et par conséquent le médecin — n’aurait pas eu pour seul inconvénient l’impossibilité de satisfaire la curiosité de l’un ou de l’autre, elle aurait créé une situation infiniment plus difficile au point de vue -thérapeutique. On sait en effet que, quand on réussit à mettre sous les yeux d’un obsédé la cause et le mécanisme du processus obsédant, un grand pas est fait dans la voie de la désagrégation du système morbide, c’est-à-dire de la guérison. Le malade nous l’a dit spontanément : « Je crois que ce qui m’a le plus aidé à me débarrasser de ce sentiment amoureux stupide, c’est la certitude que j’avais qu’il était né d’un rêve ». C’est là d’ailleurs toute la raison d’être de la psychoanalyse. qui, si l’on se refuse légitimement à en faire la panacée universelle que voudraient en faire certains de ses adeptes, n’en a pas moins sa place — et une place de premier ordre — en thérapeutique (1).

Malheureusement, dans une foule de cas, le point de départ psychologique d’une obsession est impossible à découvrir et bien souvent, sans aucun doute, l’origine du phénomène est à jamais cachée dans la vie onirique, dont une petite partie seulement, chez la-plupart des individus, peut être ramenée à la conscience sous forme de souvenir. Qui peut dire notamment, à ne considérer que le cas présent, si le sadisme et le fétichisme qui, depuis l’enfance, dominent toute la vie sexuelle du sujet, n’ont pas leur source dans quelque rêve précoce, où se sont à jamais soudés la sensation de volupté sexuelle, la vision sadique et l’image du fétiche ?

(1) Je fais allusion ici à l’extension excessive qui a été donnée par des disciples trop zélés aux conceptions si séduisantes — et par certains côtés géniales — de Freud — On trouvera un exposé de la doctrine de Freud dans le livre de E. Régis et A. Hesnard La psychoanalyse des névroses et des psychoses, Paris, Félix Alcan, 1914.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE