La prière du Gason, ou lou diable soit des houguenaux, 1622. Extrait du “Bulletin de la Société de l’hisyoire de France”, (Paris), Vol. 1, n°2, 1834, pp. 167-169.

La prière du Gason, ou lou diable soit des houguenaux, 1622. Extrait du “Bulletin de la Société de l’hisyoire de France”, (Paris), Vol. 1, n°2, 1834, pp. 167-169.

 

Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’article. – Nouvelle transcription de l’article original établie sur un exemplaire de collection privée sous © histoiredelafolie.fr

[p. 167]

XLIII.

LA PRIÈRE DU GASCON,
ou
LOU DIABLE SOIT DES HOUGUENAUX. (1)
1622.

Verset I.

O Dieu ! conservez notre roy,

Protégez-le de notre doy,
Exterminez lou parpaillaux

Répons
Au diable soi lou houguenaux !

4.

Ils ont traîné le crucifix
Par dérision et mépris,
L’appelant le Dieu des papaux.

R.        Au diable soit ….

 

2.

Ils ont vos autels renversez
Et vos saincts temples prophanez ,
y faisant coucher leurs quebanx.

R.        Au diable soit ….

5.

Le moindre de tous ces lutins
A plus de fiel et de venin
Que n’en ont vingt mille crapaux.

R.        Au diable soit ….

3.

Ils volent les vases sacrés,
Plusieurs prestres y sont massa­ crez ;

Bref, ils nous font dix mille maux.

R.        Au diable soit ….

6.

Ils avoient mandé Mausefert
Pour mettre la France en désert,
Et nous faire manger des aulx.

R.        Au diable soit.. ..

 

[p. 168]

 

7.

Tous leurs desseins sont descou-
verts,
Le roy les mettra à l’envers,
Avec tous leurs ministréaux.

R.        Au diable soit…

14.

En Dieu est tout notre recours ;
C’est lui qui nous don’ra recours
Contre l’effort de ces maraux,

R.        Au diable soit…

8.

Les Rochellois seront punis
Comme nos plus grands ennemis ;
On leur donnera les fronteaux.

R.        Au diable soit…

15.

C’est vous, grand Dieu ! en qui la
France
Met aujourd’hui son espérance,
Sauvez-nous de ces brigandeaux.

R.        Au diable soit…

Ils voudront fuir par la mer,
Mais on les fera abisme
Avec leurs chaloupes et batteaux.

R.        Au diable soit…

16.

Gardez nos bœufs et nos moutons
De la gueule de ces gloutons
Pires que mille louveteaux.

R.        Au diable soi…

 

10.

Monsieur le comte de Soissons,
Se vengeant de leurs trahisons,
Les envoyera ad infernos .

R.        Au diable soit…

17·

Convertissez-en quelques uns
De ceux qui sont moins importuns ;
Jetiez le reste ad infernos,

R.        Au diable soit…

11.

Pour Montauban, il est bien bas ;
Sa garnison tire au trépas.
Ils y feront tous leurs tombeaux.

R.        Au diable soit…

18.

Lairez-vous vos enfans ainsy
En peine, douleurs et soucy
Que leur font ces gueux, ces maraux ?

R.        Au diable soit…

12.

Si Montpellier en veut manger,
Je crois qu’elle est en grand danger De se perdre avec ses troupeaux.

R.        Au diable soit ….

19.

Ils disent qu’ils feront périr
Notre église pour établir
Celle dit maître des magots.

R.        Au diable soit…

13.

Si elle a de bons médecins,
Nous avons des chirurgiens
Pour tirer du sang de leurs peaux.

R.        Au diable soit…

20.

Ils se vantent qu’en république
Ils mettront l’état monarchique,
Et se rendront aux rois esgaux.

R.        Au diable soit…

 

[p. 169]

 

21.

Faites que notre grand Louis,
Qui défend vos pauvres brebis,
Les renverse tous par morceaux !

R. Au diable soit lou houguenaux !

Exterminez-les,
Annihilez-les,
Exterminez-les,

Et generallements
Que tous faquins et ignorants
Qui ne veulent escouter l’église
Soye nt punis à la même guise ;Et qu’avec tous leurs suppôts
Ils aillent aux cachots infernaux Crier, hurler, griller, rostir,
bouillir,Et les effets de votre ire sentir.Repons. Amen.Altâ voce.Et que tous leurs defunctsAmis, associez communsEn leur opinion hérétique
Et rebellion très maudite,
Puissent avoir augmentationDe peine et damnationA tout jamais et par delà
In seculorum secula.Repons.Amen.
Secreto
Faites humilier
Cette orgueilleuse Montpellier; Faites que Nisme
Fonde en abisme ,
Que Montauban
S’en aille au vent ;
Que la Rochelle,
Ceste rebelle,Sente votre ire vengeresse,
Ainsi que doit une traîtresse.
Hélas ! nous vous prions encore
Que, comme il Sodome, à Gomore,
Vous feistes cheoir le feu du ciel,
Vous leur donniez loyer pareil;

 

LAISSER UN COMMENTAIRE