Articles de la catégorie : Portraits de Malades

Michel Collée. Les visages de la folie au XIXe siècle à travers la photographie. Album n°1. 2018.

Michel Collée. Les visages de la folie au XIXe siècle à travers la photographie. Album n°1. 2018. Toujours dans le cadre de notre travail sur l’histoire de la folie, qui s’attache aux textes, mais aussi à l’iconographie, nous avons choisi ce thème de Les visages de la folie au XIXe siècle à travers la photographie. Pour ce premier album nous avons puisé dans les travaux de H. Clarke du West Riding Lunatic Asylum. Nous partagerons nos albums en plusieurs déclinaisons quand les images s’y prêtent. Les Visages de la folie au XIXe siècle à travers la photographie . Album 1. Portraits effectué  par Dr Hugh Welch Diamond vers 1848. Hystérique – Hôpital de La Salpêtrière 1876 – 1877. Hystérique – Hôpital de La Salpêtrière 1876 En lire plus

Michel Collée – Les représentations de la Mélancolie dans l’Iconographie psychiatrique. Album n°1. 2017.

Michel Collée – Les représentations de la Mélancolie dans l’Iconographie psychiatrique. Album n°1.  2017. Toujours dans le cadre de notre travail sur l’histoire de la folie, qui s’attache aux textes, mais aussi à l’iconographie, nous avons choisi ce thème des Représentations de la Mélancolie dans l’Iconographie psychiatrique. Nous partagerons nos albums en plusieurs déclinaisons quand les images s’y prêtent. Dürer – Mélancolie. BRAMWELL Byron – Melancholia – Atlas of clinical medicine – 1892. BRAMWELL Byron – Melancholia – Atlas of clinical medicine – 1892. BRAMWELL Byron – Melancholia – Atlas of clinical medicine – 1892. Dagonnet – Mélancolie. – Nouveau traité des maladies mentales. Dagonnet – Mélancolie. – Nouveau traité des maladies mentales. Dagonnet – Mélancolie. – Nouveau traité des maladies mentales. Dagonnet – Mélancolie. – En lire plus

Théodore Géricault. Les représentations de la Folie. Les Monomanes. 1820. Album.

Théodore Géricault. Les représentations de la Folie. Les Monomanes. 1820. Album.  Théodore Géricault (1791-1824). Théodore Géricault, c’est également cet artiste qui a peint le Radeau de laMéduse. Il meurt très jeune, à seulement 32 ans, mais a eu le temps de nous laisser une vingtaine d’oeuvres majeures La maladie mentale est un nouveau sujet d’études pour les médecins du début du XIXè siècle. Jean-Etienne Esquirol identifie la monomanie, une pathologie caractérisée par la « fixation de l’esprit sur un objet unique ». Il aurait passé commande à Théodore Géricault d’une dizaine de tableaux, certain disent une demi-douzaine, représentant des malades atteints de cette pathologie afin d’illustrer ses conférences. Ou peut-être était-ce le médecin-chef de l’hôpital de la Salpêtrière qui les lui a demandés En lire plus