Articles de la catégorie : Nevroses

Pize. Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. Extrai de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », n°147, mardi 16 décembre 1856, 29e année,

Pize. Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. Extrai de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », n°147, mardi 16 décembre 1856, 29e année,   Une contribution à la controversée question des aboyeurs avec celles des médecins Bosredon, Champouillon, Ancelon [tous en ligne sur notre site] Sur la nature de l’affection désignée dans une communication récente de M. Bosredon sous le délire des aboyeurs. ― M ; L. Pize communique sous ce titre une note qu’il résume dans ls propositions suivantes : 1° L’affection décrite sous le nom de délire des aboyeursn’existe pas. 2° Ce prétendu délire des aboyeurs n’est qu’un symptôme appartenant à diverses maladies. 3° les cas qui ont En lire plus

Morichau-Beauchant. Le « rapport affectif » dans la cure des psychonévroses. Extrait de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », (Paris), 84eannée, 1911, pp. 1845-1849.

Morichau-Beauchant. Le « rapport affectif » dans la cure des psychonévroses. Extrait de la « Gazette des hôpitaux civils et militaires », (Paris), 84eannée, 1911, pp. 1845-1849. Pierre-Ernest-René Morichau-Beauchant nait le 1er novembre 1873 et meurt le 6 octobre 1952. il adhère au groupe de Zurich duquel il s’éloignera dès après la guerre. Son intérêt pour la philosophie et la psychologie, ainsi que pour la langue allemande, l’amène très tôt à découvrir les écrits de Freud. C’est probablement dans l’année 1900 qu’il prend connaissance de La Traumdeutug, alors qu’à Lyon est soutenue pour la première fois une thèse prenant appui sur les travaux de Freud. Il est reconnu par les historiens de la psychanalyse pur être le premier français qui ait adhéré vivement à la En lire plus

Joseph Capgras. Contribution à l’étude de la névrose d’angoisse. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome dix-huitième, soixante et unième année, 1903, pp. 397-404.

Joseph Capgras. Contribution à l’étude de la névrose d’angoisse. Extrait des « Annales médico-psychologiques », (Paris), huitième série, tome dix-huitième, soixante et unième année, 1903, pp. 397-404.   Article princeps de ce qu’on deviendra sous l’impulsion de Joseph Lévy-Valensi, le syndrome de Capgras, aussi dénommé parmanésie duplicative Des explication neuro-physiologiques sont données aujourd’hui. Nous renvoyons pour les lecteurs intéressés aux différent DSM… Joseph Capgras (1873-1950). Il fut l’élève de Paul Sérieux (1864-1947), qui lui inspira sa thèse de doctorat « Essai de réduction de la mélancolie en une psychose d’involution présénile » (1900). Il arriva à la conclusion que cette affection mentale était un syndrome, qui, à l’âge avancé, n’était que le reflet mental des processus d’involution sénile liés à des modifications organiques. Il devint En lire plus