Articles de la catégorie : Nevroses

G. Ch. Delarive. Sur un nouvel établissement pour la guérison des aliénés. Genève, 1798.

G. Ch. Delarive. Sur un nouvel établissement pour la guérison des aliénés. Extrait de la « Bibliothèque britannique ; uu Recueil Extraits des Ouvrages Anglais périodiques et autres ; des Mémoires desTransactions des Sociétés et Académie de la Grande-Bretagne, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique ; en Deux Séries intitulées LITTÉRATURE ET SCIENCES ET ARTS, rédigé à Genève, par une société de gens de lettres », (Genève), tome huitième, 1798, pp. 300-327.   G. Ch. Delarive. Médecin suisse.  Il eut l’opportunité de visiter l’asile fondé par Willam Tuke, appelé La Retraite, à York en Angleterre, qui ouvrit en 1796. Les [p.] renvoient aux numéros de la pagination originale de l’ouvrage. – Par commodité nous avons renvoyé la note originale de bas de page en fin d’article. – En lire plus

Ernest Dupré et Léopold Lévi. Délire hypocondriaque de zoopathie interne, chez un débile tabétique hystérique et gastropathe. Extrait de la « Revue neurologique », (Paris), tome XI, 1903, pp. 918-921.

Ernest Dupré et Léopold Lévi. Délire hypocondriaque de zoopathie interne, chez un débile tabétique hystérique et gastropathe. Extrait de la « Revue neurologique », (Paris), tome XI, 1903, pp. 918-921.   Ferdinand Pierre Louis Ernest Dupré (1862-1921). Médecin et aliéniste, élève de Chauffard, de Landouzy et de Brouardel, il fut très influencé par Auguste Motet, directeur de la maison de santé de Charonne. C’est en 1905 qu’il propose le terme de mythomanie pour désigner la tendance volontaire et consciente de l’altération de la vérité. Il défend les théories des « constitutions », en reprenant et donnant suite à celles de Augustin Morel et Valentin Magnan. Parallèlement il développe une théorie des Phobis imaginatives et des délites d’imagination Celles-ci seront publiées par son élève, Benjamin Logre, En lire plus

René Allendy. Les Névroses. Extrait de la revue « L’Esprit nouveau », (Paris), n°24, 1924, de 8 pages (non paginée).  

René Allendy. Les Névroses. Extrait de la revue « L’Esprit nouveau », (Paris), n°24, 1924, de 8 pages (non paginée).   René-Félix Allendy (1882-1942.). Médecin et homéopathe, il s’intéressa à la psychanalyse dès 1920 et devint psychanalyste après avoir fait son analyse avec René Laforgue, avec qui il collabora pour plusieurs articles. Un des douze fondateurs, à l’initiative René Laforgue et Marie Bonaparte, de la Société psychanalytique de Paris en 1926. Il aura comme patient, entre autres, Antonin Artaud et Anaïs Nin. Sa thèse de médecine, L’alchimie et la médecine, dénote son intérêt précoce et jamais démenti pour l’occultisme. Nous retiendrons son rapprochement des théories surréaliste et l’ouvrage qu’il écrivit Capitalisme et sexualité, qui semble aujourd’hui de toute actualité. – Quelques autres articles de cet auteur En lire plus