Articles de la catégorie : Hysterie

Nicola Kostyleff. Freud et le traitement moral des névroses. Article paru dans le « Journal de psychologique normale et pathologique », (Paris), huitième année, 1911, pp. 135-146 et pp. 246-257.

KOSTYLEFFDORA0001

Nicolaï Kostyleff. Freud et le traitement moral des névroses. Article paru dans le « Journal de psychologique normale et pathologique », (Paris), huitième année, 1911, pp. 135-146 et pp. 246-257. Nicolaï Kostyleff fut maître de conférence à l’Ecole des Hautes Etudes. C’est à peu près tout ce que savons de la biographie de Kostyleff. Même pas ses dates de naissance et de mort. Les historiens de la psychanalyse (E. Roudinesco, A. de Mijolla, O. Douville, et d’autres) ne nous renseignent pas plus. Il fut d’abord un fervent défenseur et promoteur de la psychanalyse, avant de porter son intérêt vers 1914-1915. Nous avons retenu quelques unes de ses publications : — Les derniers Travaux de Freud et le problème de l’hystérie. In « Archives de neurologie », En lire plus

Jean-Joseph Brieude. Cochermar. Article de « Encyclopédie méthodique », (Paris), Tome TVII, 1798,pp. 4-7.

BRIEUDECOCHEMAR0003

Jean-Joseph Brieude. Cochermar. Article paru dans l’« Encyclopédie méthodique », (Paris), Tome TVII, 1798,pp. 4-7. Jean-Joseph Brieude (1728-1812). Médecin, agronome et géographe, il fut attaché à la Duchesse de Bourbon et au Duc d’Orléans.   COCHEMAR. Incubus, ephialtes, oneirodinia. (Médecine). C’est un sentiment de pesanteur sur la poitrine, que l’on éprouve en dormant, qui fatigue autant que pourroit le faire un grand fardeau. Cet état est accompagné ordinairement de rêves effrayans, & de difficulté de respirer. Tout se dissipe par le réveil, mais il reste beaucoup de lassitude & souvent des palpitations. Joseph Lieutaud, élem. de méd. Prat. Les nosologistes ont distingué six espèces de cochemar ; 1° – le pléthorique ; 2° – le stomachique ; 3° – celui qui provient de l’hydrocéphale ; En lire plus

Jacques Fontaine. Des Marques de Sorciers et de la réelle possession que le diable prend sur le corps des hommes. A Lyon, Chez Claude Larjot, 1611. [Arras : imprim. de Rousseau-Leroy, (1865) ]. in-8°, 46 p.

FONTAINEMARQUES0001

Jacques Fontaine. Des Marques de Sorciers et de la réelle possession que le diable prend sur le corps des hommes. . Sur le subject du procez de l’abominable & detestable sorcier Louys Gaufridy, prestre beneficié en l’eglise parrochiale des Accoules de Marseille, qui n’a guieres a esté executé a Aix par arrest de la cour de parlement de Provence . Dedié a la reine regente de France. Par Jacques Fontaine conseiller & médecin ordinaire du Roy, & premier professeur en son université de Bourbon en la ville d’Aix. A Lyon, Chez Claude Larjot, 1611. [Arras : imprim. de Rousseau-Leroy, (1865) ]. in-8°, 46 p. L’édition originale porte un titre un peu différent : Discours des marques des sorciers et de la réelle En lire plus