Articles de la catégorie : Pinacothèque

Michel Collée – Les représentations du diable. Album n°4. Le Diable et la sculpture. 2017.

Michel Collée – Les représentations du diable. Album n°4. Le Diable et la sculpture. 2017. Krampus, le mot provient du vieux mot allemand pour griffes (Kramp), est une créature mythique anthropomorphe à cornes qui, souvent, accompagne saint-Nicholas. Toujours dans le cadre de notre travail sur l’histoire de la folie, qui s’attache aux textes, mais aussi à l’iconographie, nous avons choisi ce thème des Représentations du Diable dans la sculpture, parmi de très nombreuses images. Nous partagerons nos albums en plusieurs déclinaisons dont les une chronologiques : le Moyen-Âge, les autres thématiques… à découvrir.   Absence de référence. Cathédrale d’AUTUN Cathédrale – La pesée des Ames – Satan. Absence de référence. Basilique Saint-Andoche à SALUIEZ – chapiteau, Judas le traite est pendu par Satan.   Pensive En lire plus

Michel Collée. Les représentations du diable dans la publicité. 2017.

Michel Collée. Les représentations du diable dans la publicité. 2017. Toujours dans le cadre de notre travail sur l’histoire de la folie, qui s’attache aux textes, mais aussi à l’iconographie, nous avons choisi ce thème des Représentations du Diable dans la publicité. Nous partagerons nos albums en plusieurs déclinaisons quand les images s’y prêtent.                                                                

Tcherpakoff. Avant-propos. Extrait de « Les fous littéraires : rectification et additions à l’Essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc. de Philomestre Junior », (Moscou), 1883, pp. 5-14.

Tcherpakoff. Avant-propos. Extrait de « Les fous littéraires : rectification et additions à l’Essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc. de Philomestre Junior », (Moscou), 1883, pp. 5-14.   Tcherpakof [pseudonyme de Auguste Ladrague]. Bibliothécaire français,grand  professionnel, travaillant à Saint-Pétersbourg.  . Jusqu’à présent nous ne possédons que très peu d’informations sur cet homme. Né « à la fin de l’empire, au centre de la Champagne », il vint à Moscou après 1812 ; il était étroitement lié à des Français « moscovites », y compris le Chevalier François-Joseph d’Ysarn de Villefort. Ladrague travaillait dans la librairie Gautier quand il entra au service des Ouvaroff., dont il connut à Porétchyé deux générations. Lui-même collectionnait les livres et nous avons trouvé son ex-libris sous celui d’Ouvaroff. [p. 5] En lire plus